Protocole sanitaire école : quelles mesures à la cantine ?


Quelles sont les nouvelles mesures à l'école ?

[Mise à jour du 16 janvier à 12h25]. Pas de reconfinement annoncé, mais un couvre-feu généralisé à toute la France dès samedi 16 janvier dès 18 heures, et pour une durée d'au moins 15 jours. Les écoles restent ouvertes, avec de nouvelles mesures pour protéger les élèves : un million de tests par mois dès 6 ans pour les élèves et les enseignants, activités physiques et sportives scolaires et extra-scolaires en intérieur suspendues, protocole sanitaire dans les cantines renforcé, cours hybrides pour les lycéens… Voici les principales mesures annoncées ce 14 janvier par Jean Castex et Jean-Michel Blanquer.

  • Au lycée, les élèves sont à distance, avec 50% en présentiel pour chacun d'entre eux, et certaines épreuves du baccalauréat 2021 sont adaptées, passant en contrôle continu. Les cours hybrides continueront au-delà du 20 janvier pour les lycéens, a annoncé Jean-Michel Blanquer. 
  • Jusqu'à un million de tests d'enfants et d'enseignants par mois. Olivier Véran a annoncé ce 14 janvier que les tests seraient renforcés dans les établissements scolaires. L'objectif : tester jusqu'à 1 million d'élèves et d'enseignants par mois au sein des établissements scolaires.
  • En ce qui concerne la fermeture des écoles, le Conseil scientifique recommande de laisser les écoles ouvertes, mais avec des mesures de surveillance plus strictes. 

Quel protocole sanitaire dans les cantines scolaires ?

Les cantines scolaires représentent un lieu à "haut risque de contamination" avaient prévenu les scientifiques et les parents d'élèves, inquiets pour la santé de leurs enfants. Le gouvernement, qui souhaite avant tout maintenir les écoles ouvertes, a néanmoins annoncé un protocole sanitaire plus strict dans les cantines scolaires. Ces nouvelles mesures devront être appliquées au plus tard le 25 janvier 2021 pour répondre à l'évolution de la situation sanitaire, précise le ministère de l'Education. 

  • Jean-Michel Blanquer a notamment précisé qu'il n'y aurait plus de brassage entre les classes dans les écoles primaires. "Les élèves d'une même classe mangeront ensemble tous les jours et à la même table. Si cela n'est pas possible, les temps de repas seront alors allongés pour permettre l'étalement des classes à la cantine. Au cas par cas, on pourra aussi avoir recours à des plats à emporter", a-t-il précisé ce 14 janvier.
  • Dans l'enseignement secondaire, "l'hybridation des lycées permet de lever normalement la pression sur le temps des repas, puisqu'il y a moins d'élèves. Si l'établissement scolaire est en tension pour organiser le temps de restauration, le temps de service serait rallongé, et des repas à emporter seraient proposés. Au collège et au lycée, une distance d'au moins un mètre est respectée entre les groupes et il est recommandé de faire déjeuner les élèves de même groupe ensemble, et toujours à la même table. En outre, les offres alimentaires en vrac sont prohibées.
  • Une attention particulière est apportée à l'hygiène des mains, au renouvellement de l'air dans les espaces de restauration, au balisage des sens de circulation où une distanciation doit être mise en place, ainsi qu'aux plages horaires et au nombre de services, afin de limiter les flux et la densité d'occupation.
  • Distanciation à la cantine. Dans la mesure du possible, les entrées et les sorties sont dissociées. Les chaises sont disposées (en quinconce par exemple) de manière à éviter que les élèves mangent face à face voire côte à côte. 
  • Nettoyage des tables de cantines. Les tables du réfectoire sont nettoyées et désinfectées, a minima, après chaque service et si possible après chaque repas. Au collège et lycée, des distributeurs de solution hydro-alcoolique sont mis à disposition à l'entrée du réfectoire.
  • Autres locaux que la cantine. Lorsque la distanciation physique est matériellement difficile à mettre en place, d'autres espaces que les locaux dédiés à la restauration doivent être exploités.
  • Repas à emporter. Des repas à emporter peuvent également être proposés, si possible en alternant repas froids et repas chauds. Il convient alors de veiller au respect des règles de distanciation physique et de non brassage par les élèves au moment de la consommation du repas à emporter.
  • Premier degré et second degré à la cantine : Dans l'hypothèse où le lieu de restauration est partagé entre une école du premier degré et un établissement scolaire du second degré ou entre deux établissements scolaires du second degré, la limitation du brassage entre les élèves des établissements concernés est, de la même manière, requise.
  • Port du masque et cantine. Le port du masque est obligatoire pour les élèves à compter du CP, même lorsqu'ils sont assis, tant qu'ils ne consomment pas un plat ou une boisson.

Le masque est-il toujours obligatoire dès 6 ans ?

Le port du masque concerne depuis novembre les enfants du primaire dès l'âge de six ans. Aussi, le port du masque "grand public" est obligatoire pour les personnels dans les espaces clos et extérieurs, tout comme les élèves des écoles élémentaires, des collèges et lycées, excepté pour les repas à la cantine, le sport ou en internat. Le masque reste à proscrire pour les élèves de maternelle, rappelle le ministère de l'Education. Jean-Michel Blanquer a confirmé sur Europe 1 que rien ne changeait sur le port du masque dès 6 ans, bien que certains parents d'élèves y soient opposés, puisqu'il permet de prendre davantage de précaution face au Covid.

Protocole sanitaire : quelles sont les mesures actuelles à l'école ?

Le protocole sanitaire actuel s'appuie sur les dernières recommandations du Haut conseil de la santé publique :

  • Ouverture des crèches, écoles, collèges et lycées, maintien de la prise en charge périscolaire (centres de loisirs et garde d'enfants). Les activités physiques et sportives scolaires et extra-scolaires en intérieur sont suspendues.
  • Le masque est obligatoire pour tous les personnels et tous les élèves du CP à la terminale. Les parents doivent équiper leurs enfants, mais des masques sont prévus dans les écoles en cas d'oubli ou de difficultés économiques précise le ministre de l'Education. 
  • Au lycée, une souplesse est laissée au chef d'établissement pour l'organisation du protocole, notamment pour la continuité pédagogique qui prévoit les cours à distance.
  • Le brassage des élèves est limité au maximum entre les différents niveaux d'élèves : notamment lors de l'arrivée et des départs des élèves dans l'établissement qui sont "autant que possible étalés dans le temps". Dans les bâtiments, les déplacements des élèves sont limités : dans le second degré par exemple, une seule salle est attribuée à chaque classe, à l'exception des salles spécialisées et des ateliers. En outre, les récréations sont organisées par groupes avec un respect des gestes barrières, mais les enseignants peuvent également proposer des temps de pause en classe. 
  • L'aération et la ventilation des classes sont renforcées (le plus fréquemment possible et au moins 15 minutes à chaque fois), comme la désinfection des locaux et des matériels : pour les tables par exemple, le nettoyage doit être réalisé tous les jours, et pour les surfaces les plus fréquemment touchées (poignées de portes…), un nettoyage plusieurs fois par jour est nécessaire. Les classes doivent être aérées le matin avant l'arrivée des élèves, pendant les intercours et chaque récréation, au moment de déjeuner et pendant le nettoyage des locaux. Le protocole recommande une aération, au minimum toutes les deux heures.
  • L'accès aux jeux, aux bancs et espaces collectifs extérieurs est autorisé si un nettoyage quotidien est assuré (ou après une période sans utilisation d'environ 12 heures). Au sein d'une même classe, il est possible de mettre à disposition des ballons, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc. est permise à l'intérieur des locaux lorsque qu'une désinfection au minimum quotidienne est assurée (ou que les objets sont isolés 24 h avant réutilisation)
  • Lavage des mains, respect des gestes barrières et distanciation physique font l'objet d'une vigilance accrue dès la rentrée du 2 novembre.

Quel protocole à l'école en cas de circulation active du virus ?

Dans son dernier protocole sanitaire pour les écoles, le ministère de l'Education nationale avait prévu des mesures en cas de circulation active du virus en France, avec un plan de continuité pédagogique pour assurer l'enseignement à distance", indiquait la circulaire de rentrée scolaire publiée le 10 juillet. Voici les différentes hypothèses qui avaient été annoncées :

En cas de circulation active du virus

Concrètement, si le nombre d'élèves devait de nouveau être limité dans les écoles en raison d'une circulation active et localisée du virus, nécessitant la mise en place d'un protocole sanitaire stricte, les enfants pourraient (selon les situations et comme pendant le confinement) suivre les cours à distance avec Ma Classe à la maison ou le Cned, et être pris en charge en participant au dispositif 2S2C (sport, santé, culture, civisme). Les autres locaux des écoles, collèges et lycées devront notamment être mobilisés afin d'accueillir les élèves dans de meilleures conditions. Dans cette situation "tous les élèves doivent avoir accès à des cours en présentiel chaque semaine" précise le ministère, mais des groupes pourraient aussi alterner à la journée ou à la demi-journée. En revanche, "les élèves scolarisés en CP et CE1 dédoublés en éducation prioritaire devront impérativement être scolarisés à temps plein".

En cas de circulation très active du virus nécessitant la fermeture des écoles

Le ministère de l'Education anticipe l'hypothèse selon laquelle des établissements scolaires nécessiteraient d'être fermés, au niveau local. Les enseignants pourront alors s'appuyer sur les cours des professeurs diffusés sur la Maison Lumni et suivre les cours à distance. En outre, les élèves en situation de "déconnexion numérique" devront être identifiés en amont.

Les enfants sont-ils contagieux à l'école ?

Dans un avis rendu publique le 17 septembre 2020, le Haut Conseil de la santé publique avait précisé qu'en milieu scolaire,

  • "les enfants sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la transmission de la Covid.
  • Le risque de transmission existe surtout d'adulte à adulte et d'adulte à enfant et rarement d'enfant à enfant ou d'enfant à adulte". 
  • Le HCSP ajoute que "les transmissions surviennent surtout à l'intérieur du cercle familial ou lors de regroupements sociaux avec forte densité de personnes en dehors des établissements scolaires". 

Le HCSP recommande notamment :

  • le port du masque grand public (catégorie 1 répondant aux spécifications de l'Afnor) de manière obligatoire pour les professionnels de l'Education et toujours dès 11 ans pour les élèves, 
  • Un adulte portant un masque grand public ou à usage médical répondant aux normes ne sera plus considéré comme cas contact, même s'il a été au contact d'un enfant de moins de 11 ans détecté positif au coronavirus et qui ne portait pas de masque à l'école.
  • Si un enfant est testé positif au Covid-19, son retour sera autorisé après un isolement de 7 jours et l'arrêt des signes si l'enfant était symptomatique. S'il est âgé de moins de 11 ans, le masque n'est pas recommandé pour les élèves ayant eu le Covid-19
  • Au retour de l'enfant à l'école, le HCSP recommande de ne pas prescrire de test par RT-PCR de SARS-CoV-2.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *